RETOUR SUR LE DERNIER TOUR DE VIS

Le 12 octobre dernier, les poètes des éditions de L’Écrou se réunissaient une dernière fois pour fouler les planches du Quai des Brumes. Ce coup final marque 10 ans d’audace et de poésie irrévérencieuse qui aura indéniablement changé le paysage québécois.

Voici les auteurs et autrices qu’il a été possible d’entendre, durant cette ultime soirée de poésie. Bonne écoute!

Fernand Durepos / Partie 1 – 2 minutes

Né à Montréal en 1962, Fernand Durepos publie depuis 35 ans. Autodidacte, il a lu dans des bars, des squats, des motels, en milieu carcéral, à la radio, à la télé de même que sur scène en plus de collaborer à des collectifs au Québec, au Canada anglais, en France, aux États-Unis et en Amérique latine. Finaliste au Prix de poésie Terrasses Saint-Sulpice de la revue Estuaire 2004 pour Mourir m’arrive, il remporte le Prix d’excellence de la SODEP 2018 – catégorie création littéraire pour sa suite de textes, La mort est d’une patience d’arbre qui chaque jour prend soleil à nos visages, parue dans la revue Lettres québécoises.

 

Marie Darsigny / Partie 1 – 7 minutes

Marie Darsigny est une artiste qui vit à Montréal. Elle détient un baccalauréat en création littéraire de l’université Concordia, ainsi qu’une maîtrise en création littéraire avec une concentration en études féministes de l’Université du Québec à Montréal.

En 2014, elle publie un recueil de poèmes en anglais, A Little Death Around the Heart, avec la maison d’édition montréalaise Metatron, puis Filles en 2017, son premier recueil de poèmes en français, sans compter ses zines autopubliés Hey Girl (2012), Plaza Witches (2015) et Black Wave (2015). Vient ensuite Trente, en 2018, aux Éditions remue-ménage.

 

 

Mathieu Renaud / Partie 1 – 14 minutes

Né en 1989, dans la capitale du crime qu’était Hull, mais élevé et nourri dans la tranquillité de Templeton. Il traverse son enfance avec comme seuls passeports, sa télécommande et sa carte de bibliothèque. Il s’installe, en 2007, loin de l’organe parental, dans les gargouillements montréalais. Il écrit une chanson pour le premier EP des Sœurs Boulay, publie sa première nouvelle dans le dernier numéro du défunt Somnambule, il participe à la Nuit de la poésie en 2012, fait rage dans les soirées de Fermaille, écrit des poèmes dans des burgers au coin de Rachel et Saint-Laurent.

On hésite à les qualifier de lettres d’amour ou d’appels à l’aide, dans tous les cas les clients repartent, semble-t-il, toujours satisfaits. Il vient de terminer des études en écriture dramatique à l’École nationale de théâtre du Canada.

 

 

Alice Rivard / Partie 1 – 29 minutes

Alice Rivard est née en 1985 quelque part dans le Bas-du-Fleuve, produit d’une copulation qui n’aurait pas dû avoir lieu. Elle a ensuite fait de son mieux, mais pas toujours. Ainsi, elle a poursuivi des études universitaires jusqu’à un doctorat en imposture avant de flipper une switch et de tout crisser là. Elle se consacre maintenant à la thérapie par le gossage d’ossements de roadkills et à écrire des choses qui brassent le dedans des fois. Jusqu’à ce jour, elle demeure toujours déçue de tout, ne respecte pas la règle du trois secondes lorsqu’elle échappe de la nourriture par terre, et entretient une passion démesurée pour les choses, dont le metal, les chats et la pratique de la misanthropie.

 

Jonathan Charrette / Partie 1 – 38 minutes

Jonathan Charette est né en 1982. Il habite à Montréal et travaille en librairie depuis plusieurs années. Ses textes sont parus dans Estuaire, Exit, Les écrits, Le Sabord et Moebius.

Il se démarque, entre autres, grâce à Je parle arme blanche (Prix de poésie des collégiens), La parade des orages en laisse (finaliste au prix Alain-Grandbois) et Ravissement à perpétuité (prix Émile-Nelligan).

À propos de son ouvrage paru chez l’Écrou, l’écriture de La Passion de Cobain lui a pris près de dix ans.

 

Daphné B. / Partie 1 – 53 minutes

Titulaire d’un bac à recyclage et professeure à l’université, Daphné enseigne la magie contemporaine et la rupture amoureuse.

 

Alexandre Deschênes / Partie 2 – 2 minutes

Né à Québec en 1979, Alexandre a passé son enfance à donner des bonbons pour avoir des amis. Déménagé à Gatineau à 10 ans, il grandit dans une jungle sans prédateur appelée Touraine, chassant la vie plate d’un quartier-dortoir depuis le rond-point… Il s’est intéressé très tôt à la science et aux effets de la chimie sur son corps, les souvenirs de son adolescence se résument donc à 2 jours ¾ une fois mis bout à bout. Il mène une vie d’adulte tranquille, voire pas du tout.

 

Baron Marc-André Lévesque / Partie 2 – 9 minutes

Baron Marc-André Lévesque naît le 4 décembre 1990 pendant une tempête de neige à Ottawa. Aujourd’hui, Baron rêve de batailles de saloon et de voyages en drakkar et souhaite un jour maîtriser les forces bestiales qui sommeillent en lui. Il se réveille chaque matin au son de la toune du Late Night Show with Johnny Carson.

Il détient depuis peu une maîtrise en littérature ainsi qu’une moustache dont il n’est pas peu fier. D’un naturel timide et incapable de mentir, ce n’est pas vraiment lui qu’on appelle quand vient le temps des mauvais coups. Il partage sa vie entre son front porch à Verdun et les randonnées nautiques. Son premier recueil, Chasse aux licornes, finaliste au Prix des libraires, lui a mérité une carte de l’Académie de la vie littéraire et quelques high-fives de haut calibre. Malgré tout, la reine refuse toujours de lui accorder son titre de noblesse. Ne perdons pas espoir.

 

 

Philippe Chagnon / Partie 2 – 16 minutes

Philippe Chagnon est né à Saint-Hyacinthe en 1986. Par le biais de la musique, il commence dès son jeune âge à s’intéresser au monde des arts. C’est à Drummondville qu’il décide de faire ses études en contrebasse. Ensuite, il prend la direction de Montréal pour entreprendre des études universitaires (qu’il ne finira jamais), en philosophie, études qui lui apporteront une plus grande ouverture d’esprit et de bonnes dettes. Peu après, il commence à peindre pour élargir ses moyens d’expression. Tout au long de son parcours artistique, Philippe écrit et amasse des poèmes. Il se consacre présentement à l’écriture sous toutes ses formes et a publié plusieurs livres.

 

Frédéric Dumont / Partie 2 – 25 minutes

Frédéric Dumont est né en 1986. Il déteste l’été.

 

 

 

 

 

 

Virginie D. Beauregard / Partie 3 – 7 minutes

Tout en frayant avec les arts visuels et la musique, Virginie Beauregard D. entame une démarche d’écriture en 2005. Dès lors, ses poèmes sont présentés sous diverses formes. Ils sont repris au théâtre à différentes occasions. Virginie Beauregard D. participe à plusieurs évènements off ou notoires, au Québec et à l’international. Elle fait paraître des textes dans différentes revues littéraires et anthologies.

En 2010, elle lance un premier recueil, Les heures se trompent de but. Bachelière en histoire de l’art et en éducation, elle publie le recueil D’une main sauvage au printemps 2014. C’est avec ce second livre que Virginie Beauregard D. est finaliste du prix Émile-Nelligan 2015. Elle est aussi lauréate du prix Jean-Lafrenière–Zénob 2016 décerné par le public du Festival international de la poésie de Trois-Rivières. Elle fait paraître un troisième recueil, Les derniers coureurs, à l’automne 2018, qui sera traduit en anglais et publié aux États-Unis.

 

 

Emmanuel Deraps / Partie 3 – 19 minutes

extrait du convenu, Emmanuel Deraps s’extasie devant le vide de ses propres vers. né de l’écriture de la suicide note de cobain, il espère plus qu’il ne croit. la folie qui l’habite n’est qu’un foie en trop qu’il désire offrir aux enfants malades.

 

 

 

 

Rose Eliceiry / Partie 3 – 25 minutes

Rose Eliceiry est une poète montréalaise. Depuis 2005, elle a pris part à plusieurs évènements poétiques au Québec et ailleurs. En 2011, elle a publié Hommes et chiens confondus pour lequel elle remporte le prix Félix-Leclerc de poésie.

Elle a ensuite vécu à Bruxelles, à Moncton et écrit un mémoire sur la poésie comme forme de résistance. Elle préfère les petits désordres aux grandes causes, les terrains vagues aux jardins, le début à la fin, revenir plutôt que partir. Elle a publié en 2017 Là où fuit le monde en lumière, son deuxième recueil, finaliste au prix des Libraires.

 

 

Shawn Cotton / Partie 3 – 33 minutes

Montréal décembre ’86, Petite-Patrie jusqu’à l’école secondaire inachevée, enfermé dans la chambre à défaire le sens des mots, le bunker, chez Bébé avec V., Asie, Hochelaga et les crises profondes, Jonquière LSD, grand amour saboté, fait semblant d’être un homme de théâtre, épilepsie, Groupuscule Skip Jensen 63 concerts en Europe, Les armes à penser, plusieurs jobs puis finalement libraire, tente l’aventure des grandes scènes avec Bernhari, s’endort quelques années à la mort de l’amoureuse, passe du centre à la défense au cosom, Macédoine, Finlande, aujourd’hui habite seul Saint-Denis/Laurier et joue du synthétiseur pour les mites tout en apprenant à écrire des poèmes. Il publie La révolution permanente en octobre 2020.

 

 

J-F Nadeau / Partie 3 – 40 minutes

Né en 1975 à Montréal, J-F Nadeau a passé son enfance à être fasciné par les sciences naturelles tout en voulant devenir joueur de baseball professionnel, jusqu’à ce que l’impro entre dans sa vie. Après des études en lettres et en cinéma, il choisit finalement le métier d’acteur et entre au Conservatoire d’art dramatique de Montréal. Depuis, il joue et écrit pour tous les médiums dans un mélange de joie, de désillusion et de résilience souriante. Ses créations personnelles prennent jusqu’ici la forme du spoken word, du conte d’horreur, du mimodrame, de la marionnette pour adultes ou de l’humour politique. Autrement, il est un expert shaker de cocktails, un intermédiaire drummer et un débutant père de deux filles.

 

 

Marjolaine Beauchamp / Partie 3 – 1 heure

Marjolaine est née en 1982 à Buckingham en Outaouais. Elle représentera le Québec lors de la Coupe du monde de slam en 2010 où elle y remporte la deuxième place. Elle publie en 2011 Aux plexus, un recueil de poésie qui se voit attribuer le prix littéraire Jacques-Poirier du Salon du livre de l’Outaouais et sera finaliste au prix de poésie Estuaire-Bistro Leméac. Le Théâtre du Trillium, avec qui elle signe en 2015 un partenariat de cinq ans comme auteure associée, produit sa pièce Taram. La pièce remportera trois prix Rideau dont Dramaturge en émergence. Elle se fait offrir par Richard Desjardins la première partie de son spectacle L’existoire et le suivra lors de cette tournée. Elle est de la cuvée 2015 des dix jeunes auteurs à surveiller de l’émission Plus on est de fous, plus on lit! à Radio-Canada. Elle publie, en novembre 2016, son deuxième recueil Fourrer le feu aux Éditions de l’Écrou pour lequel elle sera invitée au Festival international de poésie de Trois-Rivières et finaliste au Prix des libraires 2018. Sa pièce de théâtre M.I.L.F. est produite et diffusée à l’automne 2017. La production se voit décerner quatre prix Rideau dont Production de l’année. Marjolaine publie quelques textes dans des revues ou sur des sites littéraires tels Revue zinc, Les filles missiles et Joual de bataille. Elle tourne un vidéoclip tiré de son recueil Fourrer le feu qui sera finaliste pour plusieurs prix. Elle occupera le rôle d’invitée d’honneur du Salon du livre de l’Outaouais 2018. Elle est récipiendaire de deux prix lors des Culturiades 2018 en Outaouais, soit le prix Oeuvre de l’année du Conseil des arts et des lettres du Québec et également le prix Créateur de l’année pour sa pièce M.I.L.F. Sans avoir élaboré définitivement de démarche ni de portfolio, elle s’intéresse aux rapports de genres dans la pratique artistique, à la frontière entre la biographie et la fiction, à la création avec des gens considérés comme non-professionnels. Inégale, inconstante et articulée, elle s’est reproduite deux fois et craint le moment où ses enfants découvriront ses vidéos sur YouTube.